Décoration - Antiquité - Brocante - Collection

09 novembre 2012

Jouets pour grands ?

Les petites voitures sont, à la base, des jouets. Répliques plus ou moins fidèles de véritables véhicules existants ou ayant existé, la présence de petites pièces amovibles, oblige souvent à les interdire aux moins de 36 mois.

Mais que dire d’une miniature au 43 ème, relativement rare et intéressante, mais pas spécialement fragile, quand sa vente est carrément interdite aux moins de … 14 ans ?

duvi-aronde-2

Jouet pour grand ou pour objet de collection ?

 duvi-aronde-6

Je vous laisse y répondre devant cette belle Aronde Simca, made in France comme l’original, et mise en vente à 45€ avec sa boite d’origine...

duvi-aronde-9

duvi-aronde-4

 

Posté par debricenblog à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


02 octobre 2012

Les galoches

Compromis économique entre le sabot en bois et la chaussure tout cuir, la galoche fait partie de ces objets qui permettaient aux petites bourses d’afficher une certaine élégance même si le confort ne suivait pas vraiment.

galoches-1

 

galoches-2

galoches-3

Celles ci n’ont manifestement jamais servies et sont donc dans un état neuf. Les semelles en bois marquées « 2 » correspondent à une petite pointure ( 23-24 cm soit environ un petit 36), elles pourraient contribuer à une décoration de Noël aux pieds … d’un sapin.

 

galoches-semelles

 30€ la paire.

Posté par debricenblog à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 septembre 2012

Chaise à sel

La chaise à sel est un meuble populaire anciennement très répandu. Son assise est constituée d’un coffre dans lequel on stockait le sel, et donc sur lequel on s’asseyait.

Le sel fut très longtemps un produit vital pour conserver denrées, viandes et … salaisons. Comme il était indispensable, l’état eu l’idée de le taxer (la gabelle) dès le 13ème siècle, en faisant ainsi un produit de contrebande. La gabelle fut supprimée en 1946 avec la généralisation des réfrigérateurs.

Chaise a sel -3

Une tradition, très répandue, rapporte que la chaise à sel était occupée par l’aïeule de la famille qui dissimulait le coffre sous ses jupes et de ce fait le soustrayait au contrôle des douaniers (gabelous) qui n’osaient pas la déranger, ni fouiller ses dessous.

Chaise a sel -4

C’est en réalité une légende, la chaise à sel était d’un usage tellement commun que les gabelous ne pouvaient pas ignorer son existence. La chaise répondait à un besoin beaucoup plus pragmatique, tenir le sel au sec près de la cheminée tout en permettant de se réchauffer dans un soucis d’économie de place autour de l’âtre.

Chaise a sel -5

Je ne saurais dater cette chaise à sel, elle est sans doute en noyer (à confirmer), malgré une forme très simple, c’est le fruit d’un travail très soigné, et d’un robuste assemblage à tenons et mortaises chevillés.

Chaise a sel -6

 Dimensions : 99 cm (hauteur dossier) x 48 cm (largeur assise) x 34 cm (profondeur assise).

Prix : 60€.

Chaise a sel -1

Posté par debricenblog à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 septembre 2012

La crémaillère et son support caquelon

grande-cremaillere

J’aurais pris un peu plus de temps que prévu pour démarrer ce blog, mais je tenais à le faire avec un objet typiquement inaugural, et la crémaillère répond parfaitement à cet objectif.

cremaillere

Objet d’art populaire par excellence, la crémaillère a vraisemblablement été inventée dès le début des âges des métaux, tant le besoin de suspendre un récipient au-dessus du foyer pour en faire cuire le contenu est ancien.

cremaillere-coquelon

cremaillere-detail

Tombée en désuétude avec la généralisation des cuisinières à bois et charbon, puis à gaz et maintenant des micro-ondes et robots qui font (presque) tout, tout seul, cet « accroche-marmite » est surtout devenu aujourd’hui un objet de décoration. Et si l’on invite toujours les amis à « pendre la crémaillère » dans une nouvelle habitation, il est fort probable que d’ici à quelques années bien des gens ne connaîtront plus ni l’origine de l’expression, ni l’aspect de l’objet en question.

cremaillere-initiales

Cette grande crémaillère artisanale en fer forgé est signée ML. Elle mesure de 1,10 m au plus court à 1,45 m au plus long, du haut de l’anneau à la base du crochet. Il lui est adjoint un porte-caquelon, qui lui permettait d’accrocher des gamelles dépourvues d’anse comme les traditionnels marmites et chaudrons.

Aujourd’hui ce support peut facilement accueillir un récipient décoratif, une composition de fleurs séchées, une plante, voir jouer le contraste avec un gadget high-tech.

 

Prix de l’ensemble : crémaillère plus support caquelon : 90€

 

 

Posté par debricenblog à 14:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 août 2012

Présentation

L’antiquité - brocante vecteur de développement durable !

On dit souvent de notre société occidentale qu’elle est une société de consommation, rien n’est plus faux, c’est une société de gaspillage ! Consommer, c’est faire usage de quelque chose. C’est à dire user le produit en question. Quand on voit que nos poubelles et nos déchetteries dégorgent de matériels en parfait état de fonctionnement on ne peut pas parler de consommation, mais bien de gaspillage.

Quand on voit que la durée de vie commerciale d’un téléphone portable est d’à peine 6 mois, d’un ordinateur 1 an, d’une voiture 4 ou 5 ans. Que du mobilier design à diffusion massive est conçu pour n’être monté qu’une fois et part en encombrants au premier déménagement. Que les pannes sont programmées pour la plupart des appareils électroménagers … On peut vraiment se demander en quoi, ou pour qui, le développement durable est réellement durable.

Le recyclage reste très parcimonieux sur de nombreux rebuts, on continu à pratiquer massivement l’enfouissement, fabriquant ainsi des mines de matières premières dangereuses et toxiques pour les générations futures. Recyclage qui est d’ailleurs plus mis à l’honneur pour déculpabiliser les « consommateurs » car excessivement énergivore et donc finalement peu écologique.

J’arrête là les critiques, le but de mon propos n’est pas de se complaire dans une analyse pessimiste de notre époque qui est loin de n’avoir que des défauts.

Cette introduction un peu « coup de gueule », voulait juste rappeler, si besoin est, qu’il existe d’autres solutions, sensiblement plus « durables », pour du matériel dont on n’a plus l’usage que d’être jeté à la poubelle. Et bien évidemment en tout premier lieu la revente.

Souvent en bon état, et même parfois hors d’usage, des objets anciens peuvent devenir de superbes élément de décoration, il suffit d’un peu de créativité. Fréquemment porteurs de trésors d’ingéniosité ils sont souvent réparables à l’infini et aptes à revivre de nouvelles vies ou faire revivre des fragments d’époques qu’on croirait révolues.

Après 30 années passées assis dans un fauteuil d’informaticien, j’ai eu envie de passer à une autre aventure, elle aussi toute de passions ; antiquités, brocante, collections, tant pour le compte de ma société que  pour celui de tiers, sous forme de prestations de courtage.

Et ceci avec l’aide active de blogeuse de ma compagne Catherine Laufray, déjà expérimentée dans la blogosphère en tant que céramiste et peintre, dont la présence dans cette activité ne surprendra pas ceux qui la connaissent.

Le but de ce blog est de présenter, à 4 mains, des objets d’occasion, disponibles à l’achat, valoriser le patrimoine dont ils sont porteurs et partager le plaisir bien connu des chineurs pour les objets qui ont une âme.

Fred Joly

Posté par debricenblog à 12:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,