L’antiquité - brocante vecteur de développement durable !

On dit souvent de notre société occidentale qu’elle est une société de consommation, rien n’est plus faux, c’est une société de gaspillage ! Consommer, c’est faire usage de quelque chose. C’est à dire user le produit en question. Quand on voit que nos poubelles et nos déchetteries dégorgent de matériels en parfait état de fonctionnement on ne peut pas parler de consommation, mais bien de gaspillage.

Quand on voit que la durée de vie commerciale d’un téléphone portable est d’à peine 6 mois, d’un ordinateur 1 an, d’une voiture 4 ou 5 ans. Que du mobilier design à diffusion massive est conçu pour n’être monté qu’une fois et part en encombrants au premier déménagement. Que les pannes sont programmées pour la plupart des appareils électroménagers … On peut vraiment se demander en quoi, ou pour qui, le développement durable est réellement durable.

Le recyclage reste très parcimonieux sur de nombreux rebuts, on continu à pratiquer massivement l’enfouissement, fabriquant ainsi des mines de matières premières dangereuses et toxiques pour les générations futures. Recyclage qui est d’ailleurs plus mis à l’honneur pour déculpabiliser les « consommateurs » car excessivement énergivore et donc finalement peu écologique.

J’arrête là les critiques, le but de mon propos n’est pas de se complaire dans une analyse pessimiste de notre époque qui est loin de n’avoir que des défauts.

Cette introduction un peu « coup de gueule », voulait juste rappeler, si besoin est, qu’il existe d’autres solutions, sensiblement plus « durables », pour du matériel dont on n’a plus l’usage que d’être jeté à la poubelle. Et bien évidemment en tout premier lieu la revente.

Souvent en bon état, et même parfois hors d’usage, des objets anciens peuvent devenir de superbes élément de décoration, il suffit d’un peu de créativité. Fréquemment porteurs de trésors d’ingéniosité ils sont souvent réparables à l’infini et aptes à revivre de nouvelles vies ou faire revivre des fragments d’époques qu’on croirait révolues.

Après 30 années passées assis dans un fauteuil d’informaticien, j’ai eu envie de passer à une autre aventure, elle aussi toute de passions ; antiquités, brocante, collections, tant pour le compte de ma société que  pour celui de tiers, sous forme de prestations de courtage.

Et ceci avec l’aide active de blogeuse de ma compagne Catherine Laufray, déjà expérimentée dans la blogosphère en tant que céramiste et peintre, dont la présence dans cette activité ne surprendra pas ceux qui la connaissent.

Le but de ce blog est de présenter, à 4 mains, des objets d’occasion, disponibles à l’achat, valoriser le patrimoine dont ils sont porteurs et partager le plaisir bien connu des chineurs pour les objets qui ont une âme.

Fred Joly